Hitler et les journalistes, histoire d’un ratage

le 4ème épisode des Temps Modernes. Avec comme invité Daniel Schneidermann. Comment expliquer que la plupart des journalistes soient passés à côté d’Hitler? Entre autocensure, cécité, mondanité, ou sympathie affichée pour le dictateur, bien rares sont les journalistes qui ont trouvé les mots justes pour qualifier le Führer et son projet politique. Un essai qui est aussi un constat d’impuissance du journaliste.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s